Actus

12/02/2018

Comme une envie de rouler au sec

posté à 09h13 dans "Stage"

On aura rarement connu un hiver aussi pluvieux. Et si cela ne suffisait pas la quinzaine de neige dans l’hexagone a définitivement fini par freiner nos ardeurs. Dans ces conditions, il n’a pas toujours été simple de garder une certaine régularité dans notre pratique cycliste. Trouver la motivation de sortir pour un enième entrainement sous de telles conditions ... n'a pas toujours été facile!
Même si l’effet groupe a pu, certainement fois, prendre le relais pour nous pousser, à quand même rouler, pour ne pas prendre de retard sur les autres à leur coté !


Averses, crachins, températures négatives, neige … on n’a pas été épargné cet hiver. Réchauffement de la planète ou pas, les cyclistes, eux ont reçu et ne se sont pas souvent réchauffés !!! Les sorties humides c’est de saison, mais qu’il est quand même bon de rouler un peu au sec, sans imperméable, « sur » ou « dans » le dos.
C’est pour ça que chaque année, fin Février, début Mars, je descends en Costa Brava pour encadrer 2 sessions de stage DSO, pour satisfaire des clients désireux d’accumuler quelques centaines de kilomètres dans le « ventre de mou » de leur préparation d’avant saison.
Pas question de se laisser gagner par la morosité et de se relâcher à quelques semaines de vos premiers objectifs 2018 ! Alors effectivement, quoi de mieux, que de s’expatrier quelques jours sous le soleil catalan et ses températures plus clémentes, pour finaliser, ou donner un rebond à votre travail hivernal ?

4/5 jours de stage est vraiment la bonne formule qui donnera un nouvel élan à votre préparation hivernale, en accumulant kilomètres et dénivelé en fonction de votre forme acquisse à la maison. Car pas question de tout donner le premier jour, le but de cette semaine est de monter crescendo en puissance pour bien finir votre stage et rentrer à la maison fatigué mais pas cramé !

Chaque matin, nous répartissons chaque individu, suivant son niveau, dans l’un des groupes de niveau, afin que chacun trouve sa place. Et au cours de chaque sortie, au grès des arrêts communs autour de notre véhicule d’assistance, il sera toujours possible aux uns et aux autres de sauter dans le groupe du dessus ou du dessous en fonction des sensations du jour !
Durant chaque entrainement, les coachs de chaque groupe mettront en place un travail spécifique pour faire progresser individuellement chaque stagiaire. Conférences et conseils seront aussi là pour guider au mieux les plus curieux à progresser durant cette semaine, mais aussi de retour à leur domicile.
Car le but n’est pas de rattraper votre retard, mais bien de passé un cap, pour rentrer plus fort à la maison !


Voilà, la saison des stages va s’enchainer, s’intensifier, au grès des premiers dossards et des objectifs que nous nous sommes fixé pour 2018 !!!

 

Stages DSO Sport


19/12/2017

Le gout de se surpasser revient

posté à 03h30 dans "Course à Pied"

Plus d’un an après ma déroute sur l’Ironman d’Hawaii, j’ai enfin repris le goût d'aller chercher la perf. Il est vrai que cette année, j’avais bien mis quelques dossards dont le but 1er était de participer, et rien d’autre que le plaisir de l’effort. Hormis 2 Triathlons en relais et par équipe où nous avons joué la gagne, galvanisé par mes coéquipiers du SHT, pour le reste je me satisfaisais amplement d’un top 10. Et si c’était un top 20 la satisfaction de franchir la ligne ne changeait rien à mon enthousiasme.

Mais pour cette fin d’année 2017, j’avais coché ce Trail du Père Noèl de 32 kms et ses 1000 mètres de dénivelé positif annoncés, et qui plus est, se déroulait au bout de ma rue … Aux Herbiers.
Une première pour moi avec autant dans le dénivelé et de distance sur ce type de terrain. Mais que cela ne tienne, j’étais bien décidé à jouer ma carte, en sachant que cela se jouerait principalement dans mon entrainement et mon approche, qui induiraient de ma forme le jour « J ».
Alors je me suis affligé quelques longues séances progressives de dénivelé positif, pour accumuler les kilomètres et mètres d’ascension. Pas nécessaire de travailler la vitesse, ça se jouera à la cuisse et au mental, une expérience toujours enrichissante pour les épreuves longues distances.
Je prends donc le départ le jour « J », sous mes nouvelles couleurs « Les Herbiers Vendée Triathlon », avec la 1ère satisfaction d’avoir tout mis en œuvre pour y arriver, en ayant orienter mes dernières séances CàP sur le choix de mon matériel (chaussures, vêtements, ravito). La 2ème satisfaction de la journée viendra, donc, quelques heures plus tard en franchissant la ligne en 1ère position, de cette belle organisation qui devrait en appeler d'autres.

Voilà, je peux donc entrevoir une saison 2018, avec un peu plus d’envie et d’ambitions, où le point d’orgue sera l’Half Ironman de Nice, dans l’optique d’aller chercher une qualif pour les championnats du Monde Half-Ironman 2019

… ça promet de sacrés séances d’entraînements en perspectives pour les 2 prochaines années ;-)

 

Organisation: ABV Les Herbiers


18/09/2017

Du court pour se relancer sur le long

posté à 17h22 dans "Triathlon"

Après 3 Halfs en 1ère partie de saison (Mai à Aout), j’avais orienté cette 2ème partie de l'année sur des Triathlons courtes distances (1x S et 2x M).
C’était l’occasion pour moi de courir à proximité de la maison, sur des temps de courses plus réduits où il est beaucoup plus facile d’embarquer sa p’tite famille, surtout si l’organisation proposent également des courses KID’s !
Mais ces CD allaient surtout me permettre de me redonner de la vitesse en Nat et en CàP, après ma saison 2016 « Ironman » où les allures sont moins soutenues. Car il n’y a pas secret pour augmenter ses allures de courses, il faut forcément les travailler à niveau supérieur !

Si en Natation, je ne pourrai jamais décupler mes vitesses de Nage, Nager en course constamment à moins de 1’40/100m sera le maximum que je puisse réaliser que ce soit sur des distances S ou du XL. A la différence qu’enchainer les courses CD, me permet de multiplier mes départs en course et ainsi diminuer l’angoisse des premiers mètres pour tout de suite me caler dans mon rythme.
Pour l’épreuve suivant qu’est le vélo, j’abordais ces CD de façon plus ludique en fonction des formats Avec ou Sans Drafting et de l’adversité présente!
Enfin, pour ce qui concerne la Course à Pied, c’est bien dans cette dernière épreuve du Triathlon que j’ai l’intention de progresser en augmentant ma vitesse : Half (4’15/Km) et Ironman (4’45/Km). Donc le but était de se rapprocher sur des allures de 3’50/km sur du 10kms, en travaillent sur ma fréquence pour pouvoir accroitre ma vitesse moyenne !

C’est 3 Triathlons de fin de saison (Jars s/Mer, St Gilles Cx de Vie et La Baule), ont donc été un bon enseignement et une bonne approche de ce qui me reste à travailler durant cette pause hivernale. Ça m’a aussi permis de bien terminer ma saison et de repartir avec de nouvelles allures de travail qui devront être mise à profit sur mes futurs objectifs 2018 !

Alors comme on dit en BZH « à bloc Jean Floc’h » …..
Lilian

 


31/07/2017

Le Tri ne se pratique pas toujours en mode Solo

posté à 11h06 dans "Triathlon"

Début Juillet, j'ai eu l'occasion de participer à mon 1er Tri par équipe, à Chantonnay. Différent des relais, puisque chaque équipe doit rester groupée durant les 3 disciplines!
Donc il ne s'agit plus de gérer son propre effort, mais de gérer l'effort de chaque membre de votre TEAM en fonction de ses points faibles et points forts, où c'est souvent le plus polyvalent (Max) qui s'en sort le mieux!

Chouette initiative du Club de Chantonnay Triathlon de proposer un Tri par équipe en semi-nocturne (départ toutes les 4' de 19h/20h30). ET c'est donc avec 2 licenciés (Max et Mathieu) de mon club St Herblain Triathlon, que nous nous sommes présentés au départ.

Même si notre solidarité et notre gestion nous a permis de nous glisser sur la plus haute marche du podium, je retiendrais surtout cette ambiance champètre, qui aurait mérité plus d'inscrits!!
RDV donc en 2019, puisque pour 2018, Chantonnay Triathlon proposera de nouveau un Half-Ironman ...

 

www.triathlon-chantonnay.com/


09/05/2017

En mode « Sport Plaisir »

posté à 08h44 dans "Triathlon"

Je savais bien que mon abandon à l’Ironman d’Hawaii allait laisser quelques traces. Pas physiques, mais mentales, celles qui vous remémorent ce rapport à l’échec, au doute, à l’incertitude de ce que vous entreprenez !


Samedi était l’occasion pour moi de remettre un dossard sur mon 1er Triathlon après mon éviction de Kona. L’Half Ironman de Lacanau est une épreuve que je connais bien pour l’avoir déjà disputé à deux reprises, et y avoir intégré un Top 5 en 2015.
C’est une épreuve très agréable en famille, d’autant plus quand la météo est de la partie. Le site de départ se situe dans un cadre estival sur le bord du Lac de Lacanau au village Moutchic. Alors quand il y a 3 mois je m’inscris à cette course, c’est pour pouvoir concilier WE en famille et accrocher un dossard en mode revanchard.
Mais depuis les pépins physiques se sont accumulés, notamment à cause d’une blessure au pied gauche, qui m’obligea à m’éloigner une vingtaine de jours des bassins de Nat et de tout entrainement en CàP. A tel point qu’à une semaine de ma première échéance de la saison je me demandais même, si j’allais pouvoir prendre le départ.


Samedi 6 Mai, engouffré dans ma combinaison de natation, lunettes visées sur la tête, index droit sur le Start de ma montre, je suis bien aligné sur la plage parmi les 600 Triathlètes au départ de cette course aux ordres du départ … mais pour une fois le but ne sera pas d’aller chercher « une » performance, mais « ma » performance ! Cette motivation qui anime une grande partie des concurrents présents au départ, est une première en Tri pour moi. Donc pas de pression d’effectuer un bon départ, de bien se placer sur la ligne, ou de faire des transitions les plus rapides possibles … non l’idée est bien de boucler cette ligne d’arrivée qui m’attend dans un peu plus de 4 heures !
Je sais ma cheville délicate, et boucler ce triptyque serait déjà une véritable satisfaction … « tu ne vas quand même pas abandonner toutes tes courses papa !!! » … Grrr, non je ne vais pas.


Alors, hormis le vélo (je ne pouvais pas, non plus, tout lâcher !) la nat et la CàP auront été en gestion constante, avec une seule idée en tête « fait ta course, ne te laisse pas griser par l’évènement, occulte les concurrents qui t'entourent et focalise toi sur ton effort. Cela demande une certaine constante et également une certaine sagesse pour moi, que je n’avais pas l’habitude d’appliquer durant mes compèts. Mais cela procure aussi plus de plaisir en savourant l’évènement (les ravitos aussi), en appréciant et partageant les encouragements des uns avec les autres … bref le plaisir de faire du sport en mode « FINISHER » comme des centaines d’athlètes est une nouvelle notion qui mène à ma satisfaction du jour … mais promis, un jour j’y reviendrai (sic) !!!

 




» Consulter les archives

RSS